Logiciel

Définitions de base : Web 1.0, Web. 2.0, Web 3.0

Par Fabrice , le 22 août 2022 , mis à jour le 23 août 2022 - 5 minutes de lecture
differentes version web
Partager sur :

“Qu’est-ce que le Web 2.0 ?” Cette question nous est souvent posée. Elle a probablement autant de réponses que le nombre de personnes qui utilisent ce terme. Cependant, depuis que l’on parle de Web 3.0, l’année dernière, un tout nouveau niveau de confusion semble s’être installé. Dans cet article, nous allons vous expliquer ce que sont le web 2.0 et le web 3.0 et comment ils s’appliquent à votre commerce électronique.

Bous commencerons par les défis qui poussent les gens à penser en termes de web 2.0 et de web 3.0. Comme il s’agit de mots à la mode et non de termes clairement définis, considérez ceci comme une tentative de décrire le web en constante évolution. Nous allons emprunter à Tim Berners-Lee, directeur du World Wide Web Consortium et inventeur du World Wide Web (en 1989), sa notion de web “lecture-écriture”, qui est souvent utilisée pour décrire le web 2.0.

Web 1.0

La première itération du web représente le web 1.0, qui, selon Berners-Lee, est le “web en lecture seule”. En d’autres termes, le premier web nous permettait de rechercher des informations et de les lire. Il y avait très peu d’interaction avec l’utilisateur ou de génération de contenu.

La première itération du Web représente le Web 1.0, qui, selon Berners-Lee, est le “Web en lecture seule”.

C’était ce que voulaient la plupart des propriétaires de sites Web. Ils avaient besoin d’un site Web pour rendre leurs informations accessibles à tout le monde et à tout moment. Nous appellons cela “la pensée “brick-and-mortar” appliquée au Web”. Le Web dans son ensemble n’a pas beaucoup dépassé ce stade.

À lire aussi :  Comment choisir un logiciel de caisse pour son entreprise ?

Les applications de panier d’achat, que la plupart des sites de commerce électronique utilisent sous une forme ou une autre, relèvent du web 1.0. L’objectif global est de présenter des produits à des clients potentiels, un peu comme le fait un catalogue ou une brochure, à n’importe qui dans le monde. Le Web offre une exposition. Il supprime les restrictions géographiques associées aux entreprises de type brick-and-mortar.

Web 2.0

Nous assistons aujourd’hui aux balbutiements du Web 2.0, ou du Web “lecture-écriture”, comme l’a décrit Berners-Lee. Il s’agit de la possibilité de contribuer au contenu et d’interagir avec d’autres utilisateurs du Web. Elle a radicalement changé le paysage du Web en peu de temps. Son potentiel est considérable. À titre d’exemple, regardez YouTube et MySpace, qui reposent sur les contributions des utilisateurs. Le Web 2.0 est une réponse bienvenue aux utilisateurs du Web qui veulent participer à l’information.

Il existe de nombreuses définitions d’une “application Web 2.0”. Par exemple, on a l’impression que le simple fait qu’un site Web soit construit à l’aide d’une certaine technologie (comme Ruby on Rails) ou emploie Ajax dans son interface, il représente le Web 2.0. Mais ce n’est pas nécessairement le cas. Le Web 2.0, pour les profanes, exige simplement que les utilisateurs puissent interagir ou contribuer au contenu.

Web 3.0

Ceci nous amène au web 3.0 (en prolongeant la nomenclature vague). En extrapolant les explications de Tim Berners-Lee, le web 3.0 est “lire-écrire-exécuter”. C’est difficile à envisager dans sa forme abstraite. Pour l’illustrer, considérons le balisage sémantique et les services Web.

À lire aussi :  Comment choisir un Framework pour le développement d’applications Android ?

Le balisage sémantique fait référence à l’écart de communication entre les humains et les applications informatisées. L’un des plus grands défis de la présentation des informations sur le Web est que les applications ne peuvent pas fournir de contexte aux données et, par conséquent, ne peuvent pas comprendre ce qui est pertinent. Grâce à l’utilisation de certains balisages sémantiques (ou formats d’échange de données), les données pourraient être mises sous une forme non seulement accessible aux humains via le langage naturel, mais également capable d’être comprise et interprétée par les applications logicielles.

Bien qu’elle soit encore en évolution, cette notion, formater les données pour qu’elles soient comprises par des agents logiciels, conduit à la partie “exécuter” de la définition du web 3.0.

Un service Web est un logiciel qui prend en charge l’interaction entre ordinateurs sur Internet. Les services Web ne sont pas nouveaux et prennent généralement la forme d’une interface de programmation d’applications. Le site Web populaire de partage de photos Flickr fournit un service Web par lequel les développeurs peuvent s’interfacer de manière programmatique pour rechercher des images.

Il existe des milliers de services web. La combinaison du balisage sémantique et des services web peut produire une expérience web 3.0, des applications qui peuvent se parler directement et interpréter les informations pour les humains.

Pas obsolète

Ce qui est important, c’est que les conventions de dénomination, web 1.0, 2.0, 3.0, ne doivent pas être prises trop au sérieux. Ce n’est pas parce qu’un site Web n’utilise pas les fonctionnalités du web 2.0 qu’il est obsolète. Après tout, un petit site de commerce électronique qui essaie de vendre des produits de niche n’a peut-être pas besoin que les utilisateurs soumettent du contenu ou qu’ils puissent interagir les uns avec les autres.

À lire aussi :  Qu’est-ce que le modèle RACI ?

De plus, ce petit site de commerce électronique n’a pas besoin de mettre à niveau quoi que ce soit, comme un nouveau logiciel. Web 1.0, 2.0 et 3.0 sont des idées abstraites. Elles décrivent les défis auxquels les développeurs (et les utilisateurs) sont confrontés sur le Web et la manière de les relever.

Partager sur :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.